Session particulière pour la 5ème édition de #MoisSansTabac

 

Paris, le 1er novembre 2020 – En novembre 2020, la campagne phare MoisSansTabac revient pour sa 5ème édition en s’adaptant à la crise sanitaire liée à la COVID-19. L’occasion de renforcer la communication sur les bénéfices de l’arrêt et de développer de nouveaux modes d’accompagnement. La campagne MoisSansTabac est également l’occasion de lancer des initiatives inédites comme l’expérience de 3 villes et leur Mairie Libre Sans Tabac qui préfigure un programme local complet de lutte contre le tabagisme. 

#MoisSansTabac, l’opération de 30 jours pour arrêter de fumer de Santé Publique France (SPF), est de retour pour 2020. Cette action nationale a encouragé près de deux millions personnes à essayer d’arrêter de fumer depuis 2016 et elle représente la plus grande démarche de promotion d’un sevrage tabagique massif dans le pays.

La campagne est basée sur des recherches qui montrent que les personnes qui peuvent arrêter de fumer pendant 30 jours sont cinq fois plus susceptibles d’arrêter de fumer pour de bon.  A partir de fin octobre, les fumeurs sont invités à se préparer à cet arrêt et toute une gamme de ressources gratuites sont mises à disposition, notamment :

  • L’application Tabac Info Service – qui propose des coachings personnalisés et des conseils dispensés par des tabacologues mais aussi le suivi des bénéfices de l’arrêt, aussi bien pour sa santé que pour son portefeuille ;
  • Le 3989 – la ligne d’accompagnement téléphonique de Tabac Info Service ;
  • Un soutien communautaire – y compris les groupes de médias sociaux et l’accès à l’assistance en ligne et aux services de messagerie ;
  • Des partenaires mobilisés pour soutenir #MoisSansTabac en métropole et en Outre-mer ;

Lancé en 2016, MoisSansTabac s’inscrit dans l’axe 2 du Programme National de Lutte contre le Tabac (PNLT) « Encourager et accompagner les fumeurs pour aller vers le sevrage. Le PNLT fait de la lutte contre le tabac une priorité essentielle de santé publique. Il fixe à la France des objectifs volontaristes importants, inscrits dans la durée et qui requièrent un effort de tous (acteurs publics, société civile, professionnels de santé).

Une édition 2020 marquée par la crise sanitaire de la Covid 19

Il est maintenant clairement démontré que les fumeurs présentent un risque majoré de développer une forme grave du virus. Ces risques peuvent influencer les fumeurs quant à leur consommation de tabac. Les fumeurs peuvent être plus réceptifs aux conseils de sevrage tabagique en raison du virus. Chaque fumeur doit être incité et encouragé à arrêter. Il doit donc pouvoir recevoir des conseils, un soutien et une pharmacothérapie adaptée à sa situation. L’arrêt du tabac apporte des avantages immédiats pour la santé, y compris lorsque l’on souffre d’une maladie liée au tabagisme. L’arrêt du tabac est particulièrement bénéfique pour les fumeurs et pour leur entourage.

Ces actions s’inscrivent dans l’optique de parvenir à une génération sans tabac d’ici 2032. La lutte contre le tabagisme doit ainsi se poursuivre, en aidant les fumeurs à arrêter de fumer, définitivement. Dans un contexte de crise sanitaire de la Covid, il importe non seulement d’éviter d’être touché par le virus maintenant, mais au-delà, l’arrêt du tabac est bénéfique rapidement sur le plan cardiovasculaire et dans la prévention de cancers (notamment le cancer du poumon) et des maladies respiratoires comme la BPCO. Ainsi, toute intervention à court terme doit avoir une durabilité à long terme.

En raison des mesures prises pour réduire la propagation du virus, Les événements organisés par les structures ambassadrices régionales rassemblant du public sont déconseillés pour éviter la propagation du virus. Cependant les interventions de santé numérique personnalisées peuvent être particulièrement adaptées pour atteindre les fumeurs à la maison.

MoisSansTabac et l’engagement de trois villes du Grand Est dans un projet innovant

Trois villes de la région Grand Est : Joinville (52), Mulhouse (68) et Thionville (57) participent au projet de « Villes pilotes sans tabac » dont le lancement aura lieu ce mois-ci à l’occasion de Mois Sans Tabac. Le projet qui s’appuie sur un Programme Local de Lutte contre le Tabac est adapté à chaque ville.  Pour montrer l’exemple, les mairies des trois municipalités seront les premières à mettre en œuvre le projet à en éliminant toute exposition au tabagisme passif et en accompagnant les agents fumeurs qui veulent arrêter. Progressivement, le programme sera étendu à l’ensemble de la ville dans un objectif de dénormalisation de la consommation de tabac. (Espaces publics sans tabac, opérations de sensibilisation et de prévention, contrôle de l’application actuelle de la législation sur le tabac -vérification de l’interdiction de vente aux mineurs, interdiction de fumer dans les espaces sans tabac-…)

Le projet est porté par l’association Grand Est Sans Tabac (GEST) avec le CNCT et est financé par l’ARS Grand Est ainsi que la Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

grand-est-mairies-villes-sans-tabac

 Pour vous inscrire 

 

Contact presse

Amélie ESCHENBRENNER

Communication@cnct.fr