Les nouveaux chiffres du BEH souligne l’efficacité des politiques anti-tabac

Paris, 26 mai 2020 – La journée mondiale sans tabac 2020 (JMST) aura lieu le 31 mai. L’occasion pour le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de Santé publique France, de faire le point sur la prévalence tabagique en France. Les chiffres publiés montrent une baisse moins significative par rapport aux deux dernières éditions du BEH. La prévalence tabagique représente aujourd’hui 30,4% de fumeurs (24,0% de fumeurs quotidiens), elle était de 34,2 en 2014. Cependant, si cette nouvelle diminution de 1,4 point par rapport à l’année précédente reste un élément très positif, il reste beaucoup à faire pour atteindre les objectifs fixés.

Le tabac est à l’origine de 75 000 décès annuels en France (cancers, maladies cardiovasculaires ou respiratoires), ce qui représente plus d’un décès sur huit. La précédente édition du baromètre de Santé Publique France de 2019 avait annoncé une baisse importante de la consommation. Cette tendance à la baisse s’est poursuivie au cours de l’année écoulée mais à un moindre rythme. La lutte contre le tabagisme doit dès lors rester une priorité.   Certains indicateurs comme la baisse de la prévalence chez les 18-24 sont encourageants mais mitigés car cette baisse concerne uniquement les femmes. L’ampleur de la consommation globale, particulièrement chez les personnes les plus démunies (chômeurs, non diplômés) qui est en hausse par rapport à l’an dernier, impose de poursuivre dans la durée et développer les efforts de lutte contre le tabagisme.

Les résultats du dernier BEH montrent bien cependant la nécessité d’une mobilisation sans faille et énergique pour réduire la consommation de tabac.

A cet égard, des progrès doivent être faits : trop de dispositions demeurent inappliquées comme l’interdiction de vente des produits du tabac aux mineurs. Par ailleurs, l’industrie du tabac poursuit sans relâche ses efforts de marketing afin de promouvoir ses nouveaux produits et la période de la crise de la Covid-19 a été utilisée pour diffuser une communication visant à redorer l’image de cette industrie. À la veille de la JMST, qui cette année dénonce les tactiques utilisées par l’industrie du tabac et les industries connexes pour attirer les jeunes générations, il est donc essentiel de décrypter le double jeu de l’industrie pour attirer toujours plus de consommateurs au détriment de la santé des individus.

Le CNCT se réjouit de la baisse continue du tabagisme en France et insiste sur l’implication continue nécessaire à tous les niveaux. « Nous avons tous un rôle à jouer pour réduire le tabagisme et soutenir activement les mesures associées », déclare le Pr Yves Martinet, président du Comité National Contre le Tabagisme.

Pour en savoir plus

Contact presse

Amélie ESCHENBRENNER

Chargée de communication

communication@cnct.fr