Les effets néfastes du tabagisme peuvent affecter la plupart des organes du corps humain, et ce quel que soit le sexe. Les hommes présentent cependant des risques additionnels à certains moments de leur vie.

Un facteur de risque cardio-vasculaire supplémentaire

Les hommes sont naturellement plus exposés que les femmes aux risques cardio-vasculaires, car ils ne bénéficient pas de la protection relative du système hormonal féminin avant la ménopause. Outre ce facteur physiologique, chez les fumeurs, le tabac vient s’ajouter à d’autres facteurs de risque cardio-vasculaire liés à leur hygiène de vie, comme la consommation excessive d’alcool ou l’hypercholesterolémie [1] consécutive à un déséquilibre alimentaire.

L’accumulation de ces facteurs fait donc des hommes les candidats idéaux à l’hypertension, mais aussi aux accidents vasculaires cérébraux et aux infarctus, souvent fatals. Cependant, il est important de rappeler que 80 % des hommes frappés par un infarctus avant 50 ans présentent pour seul facteur de risque la consommation de tabac.

Quand la vie sexuelle est réduite en cendres

Loin de se limiter aux risques de cancer, les méfaits du tabagisme peuvent aussi ravir aux hommes une partie de leur virilité.

L’impuissance, trouble particulièrement difficile à vivre pour les hommes qui en souffrent, est parfois à tort considérée comme un dysfonctionnement lié à l’âge. Or, des troubles de l’érection peuvent apparaître dès 25 ans, notamment chez les fumeurs.

En effet, une bonne irrigation sanguine est nécessaire à l’excitation sexuelle , et donc à l’érection [2]. Or, le tabac, en agissant à la fois au niveau vasculaire et musculaire, entraîne une diminution du débit artériel, normalement multiplié par 10 lors d’une érection, et entrave le remplissage des corps caverneux de la verge. Il en résulte une difficulté à obtenir et maintenir une érection.

La consommation de tabac multiplie ainsi par 27 les risques d’impuissance d’origine physiologique, et ce à moyen voire à court terme [3].

Si l’intensité de la consommation est proportionnelle au risque encouru, les « petits » fumeurs ne sont pour autant pas épargnés. Des études récentes ont montré que certaines substances contenues dans le tabac, notamment la nicotine et le monoxyde de carbone, produisaient des effets néfastes sur la capacité érectile même dans le cadre d’une consommation modérée [4].

C’est pourquoi chaque fumeur, quel que soit son âge et l’importance de sa consommation de tabac, peut être concerné par des troubles de l’érection, et par les conséquences qu’ils entraînent sur l’estime de soi et la vie de couple.

impotent cow boy Outre les risques de dysfonctionnements érectiles, la fumée de tabac peut aussi occasionner une diminution de la libido consécutive à une baisse de la sécrétion de  testostérone [5].

  Ainsi, l’association de la cigarette avec la virilité suggérée par certaines publicités des industriels du tabac est en totale contradiction avec la réalité de ses effets.

  Une bonne nouvelle cependant : ces derniers sont réversibles en cas d’arrêt du tabac. Il appartient donc à chacun d’agir pour préserver sa vie sexuelle et affective.

Une fertilité consumée par le tabac

Le tabagisme détériore la qualité du sperme, en diminuant le pouvoir fécondant des spermatozoïdes. En effet, chez les fumeurs, ces derniers sont moins nombreux, moins mobiles et possèdent une moindre vitalité. Le risque de stérilité est donc plus élevé.

De plus, le tabac altère l’ADN des spermatozoïdes, ce qui augmente par la suite les risques de complications lors de la grossesse chez la femme (mauvaise implantation, fausse couche) et les risques d’anomalies congénitales chez l’enfant [6][7].

___________________________________________________________________________________

[1] : Excès de cholesterol dans le sang
[2] : Article du Dr Christian Rollini, chef de clinique à la Consultation de Gynécologie Psychosomatique et de Sexologie, Hôpitaux universitaires de Genève. http://www.stop-tabac.ch/fra/risques-et-maladies-liees-au-tabac/tabac-et-sexualite.html
[3] : American Journal of Hypertension
[4] : Christopher B Harte, BA, and Cindy M. Meston, PhD, Acute Effects of Nicotine on Physiological and subjective sexual arousal in nonsmoking men: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Sex Med 2008;5:110-121
[5] : Le tabac en 200 questions, Docteur B. Le Maître, Ed. de Vecchi, 2003, p.89
[6] : http://www.who.int/tobacco/en/smokers_fr_en.pdf
[7] : http://www.perinat-france.org/portail-grand-public/prevention/tabac-et-grossesse/le-tabac-et-la-fecondite-374-790.html