Présentation & enseignements

Les semaines qui ont précédé les débats à l’Assemblée Nationale ont conduit à un grand nombre d’initiatives pour influencer le vote des décideurs. Parmi ces manœuvres celle de la manipulation des positions d’illustres acteurs de santé et de la prévention mérite d’être soulignée.

Petit retour en arrière : Novembre 2014, Marianne Lagrange se présentant comme « journaliste pigiste » travaillant pour l’Abécédaire des Institutions qui « édite des cahiers thématiques et publications spéciales à destination des élus et parlementaires » contacte divers experts de la santé pour réaliser une brochure concernant les politiques antitabac.

Un extrait d’un mail de Marianne Lagrange adressé à l’un des experts est présenté ci-dessous :  

L’extrait du mail donne un premier aperçu du parti-pris donné. L’étude de la brochure intitulée « Tabac : pour une autre politique de santé » envoyée aux parlementaires reprend parfaitement ce parti-pris et révèle une technique particulière de l’industrie du tabac et qui se résume dans les termes suivants : manipuler des intervenants venant de la santé pour défendre les intérêts de l’industrie du tabac. L’analyse de la brochure illustre ce propos.

Cette note a été rédigée par Pascal Diethelm, ancien responsable de l’OMS et expert des pratiques de l’industrie du tabac. 

Décryptage :          

– Une approche aucunement scientifique ;

– Des propos d’experts santé dénaturés et/ou mis dans un contexte qui en déforme le sens (par exemple l’utilisation de titres ou sous-titres qui ne correspondent pas à ce qu’ils disent dans le corps du texte) ;

– Leur contribution est utilisée comme un écrin servant à crédibiliser les parties rédigées par la rédaction, qui reproduisent la propagande et le déni scientifique de l’industrie du tabac ;

– L’objet principal – et probablement la motivation essentielle – de l’Abécédaire est une attaque en règle contre le paquet neutre ;

– Accessoirement, l’Abécédaire essaie de régler son compte à la politique actuelle de prévention du tabagisme, en réclamant une réforme ressemblant à s’y méprendre aux démarches de prévention du tabagisme prônées par l’industrie du tabac, dont la caractéristique essentielle est leur totale inefficacité, quand elles ne sont pas incitatives au tabagisme ;

– L’Abécédaire évite toute référence à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, que la France et l’Europe ont ratifiée, et qui fournit les instruments pour la politique de contrôle du tabac, dont l’efficacité fait l’objet d’un consensus mondial et a été validée scientifiquement ;

– L’Abécédaire dénigre des mesures de lutte contre le tabagisme dont l’efficacité a pourtant été rigoureusement démontrée telles les augmentation des prix, l’instauration de « paquet neutre » pour les produits du tabac. Il propose en revanche des approches qui n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité (par exemple certaines modalités d’interventions dans les écoles) et qui sont soutenues par les industriels du tabac ; 

– L’Abécédaire contient pratiquement à chaque page de grosses inexactitudes et des expressions surprenantes, dont nous établissons un inventaire dans l’analyse ;

– Alors même que l’Abécédaire revendique une autre politique en inscrivant son approche dans la prévention, les auteurs de ce document illustrent cette politique par des visuels présentant de jeunes adolescents en train de fumer, à l’instar de modèles et véhiculent ce faisant un message totalement contradictoire avec ce qu’ils affirment.