Responsable chaque année de 73 000 morts prématurées, le tabac représente avant tout un coût humain catastrophique.
Ce que l’on sait moins, c’est que contrairement au mythe largement répandu, le tabac ne « rapporte » pas à l’Etat. Selon les économistes, en dépit des recettes fiscales qu’il engendre, il coûte chaque année plus de 47 milliards d’euros à la collectivité, soit l’équivalent de plus 3 % du PIB (Produit Intérieur Brut), ou encore un impôt indirect annuel d’une valeur de 772 euros pour chaque concitoyen.

Par ses propositions et son soutien aux mesures permettant de réduire la consommation de tabac ainsi que les maladies et les décès qu’elle entraîne, le CNCT contribue à soulager la société non seulement de souffrances mais également de coûts évitables.