Sommaire du dossier

Une perte de revenus et un problème de santé publique pour les Etats

Le marché noir des produits du tabac représente un problème majeur de santé publique, de perte de revenus pour les Etats, voire de sécurité.

Cette contrebande à grande échelle prive largement les Etats de ressources financières. On a évalué en 2006 que les réseaux de contrebande ont écoulé environ 600 milliards de cigarettes, soit l’équivalent de plus de 10 % des ventes globales dans le monde, représentant un manque à gagner en terme de recettes fiscales de 50 milliards de dollars par an.

Ce sont les pays en développement qui sont le plus touchés :

Groupe de paysMarché noirRecettes fiscales non perçues en dollars
Monde11.6%40,5 milliards
Pays développés9.8%17,6 milliards
Pays à faibles revenus &

revenus intermédiaires

12.1%22,9 milliards

Source : Joossens L, Merriman D, Ross H, Raw M, 2009

On estime qu’un tiers des produits du tabac exportés disparaît purement et simplement et se retrouve sur le marché noir, faisant du tabac le premier produit de contrebande en volume dans le monde. Cette gigantesque activité parallèle est structurée sur la base de réseaux de sociétés off shore et d’institutions bancaires assurant le blanchiment de l’argent généré. Ces réseaux peuvent être liés à ceux du crime organisé des différentes mafias et certains sont également liés à des réseaux terroristes.

Les fabricants de tabac tirent profits de la contrebande  

La contrebande est très profitable pour les fabricants de tabac. Elle constitue une tactique de marketing. Des cigarettes bon marché dissuadent les fumeurs d’arrêter et incitent largement les plus jeunes à commencer à fumer.

Par ailleurs, une contrebande importante aide l’industrie du tabac, relayée par la publication bien orchestrée d’articles dans la presse, à réclamer des baisses de taxes sur les produits du tabac. Les fabricants vont même jusqu’à proposer des accords volontaires aux gouvernements pour lutter contre la contrebande. En réalité, les pays ayant des taxations relativement limitées peuvent être très touchés par les problèmes de contrebande ; à l’inverse, des pays ayant un contrôle important de la chaîne d’approvisionnement peuvent limiter considérablement ce marché parallèle.