Usurpation par Philip Morris d’un indice de santé publique de la SEATCA pour diffuser sa désinformation

La fondation pour un monde sans fumée, financée par le cigarettier Philip Morris, détourne l’indice « smokefree Index » destiné à mesurer la mise en œuvre d’une des dispositions du traité de l’OMS, la Convention Cadre pour la Lutte Anti-Tabac, afin de protéger de l’exposition au tabagisme passif. Dès 2016, avant même la création de cette fondation par le cigarettier, une publication avait été réalisée par des  organisations de la société civile : SEATCA, membres de l’Alliance pour la Convention Cadre, rattachée au traité, utilisant cet indice.

Le 18 mars 2019, la Fondation pour un monde sans fumée a annoncé la signature d’accords de consultation avec le cabinet d’études de marché mondial Euromonitor International et le principal cabinet de conseil et groupe de réflexion SustainAbility pour la création de l’indice sans fumée Smoke-Free Index ™.  Deux mois plus tôt, en janvier 2019, La Fondation avait déposé auprès de l’Office des brevets et des marques des États-Unis  une demande d’enregistrement de marque afin de détenir  la marque «[Smoke-Free Index]». Des demandes de marques similaires ont également été déposées dans l’UE, en Suisse, au Royaume-Uni. Étant donné que l’indice« sans fumée » de la SEATCA a été publié pour la première fois en 2016, l’utilisation par la Fondation de la marque commerciale de l’expression « indice sans fumée » est trompeuse, déroutante et équivalente à une appropriation injustifiée de la propriété intellectuelle de SEATCA, a déclaré le Dr Ulysses Dorotheo, directeur général de SEATCA.

smoke-free-index-philip morris-SEATCA-hijacking

L’objectif recherché aujourd’hui par le cigarettier est clairement de faire passer ses propres messages en usurpant cet indicateur,  trompant ce faisant délibérément les acteurs de santé et le grand public qui peuvent légitiment croire que ces messages viennent d’un organisme indépendant.

Ce détournement intentionnel du terme «sans fumée» par PMI et par sa Fondation qu’elle finance est scabreux car le terme «sans fumée» est utilisé depuis longtemps par la communauté mondiale de la lutte antitabac et reconnu par le grand public. Aujourd’hui le cigarettier détourne ce terme pour faire la promotion de ses nouveaux produits.

Bien que PMI reconnaisse aujourd’hui que le tabagisme est un problème mondial majeur, il n’a toujours pas admis sa responsabilité dans  les décès et les maladies dont souffrent des millions de fumeurs et leurs familles chaque année et continue à vendre et inciter à la consommation de l’ensemble de ses produits. Pour redorer son image, il revendique cependant une convergence d’intérêts avec les objectifs de santé publique. Sa rhétorique «avenir sans fumée» est toutefois démenti par la réalité de ses actions sur le terrain. De toute évidence, Philip Morris continue d’être un élément important du problème du tabac

L’alliance SEATCA alerte sur ces risques et le CNCT soutient tout particulièrement cette démarche d’alerte en direction notamment des professionnels de santé.

The Southeast Asia Tobacco Control Alliance

Press statement SEATCA