Une nouvelle étude révèle la duplicité des compagnies de tabac

Une nouvelle étude souligne, une fois de plus, le grand écart entre le discours officiel, lissé, des compagnies de tabac et leurs pratiques réelles. Tout en faisant pression pour promouvoir des nouvelles cigarettes dites de tabac chauffé présentées comme moins dangereuses, les fabricants poursuivent leur stratégie commerciale agressive de leurs cigarettes classiques.

Selon un récent rapport publié par l’Alliance pour la lutte antitabac en Asie du Sud-Est (SEATCA), « les fabricants de tabac ont déclaré et protégé un plus grand nombre de marques de cigarettes classiques que de nouveaux produits du tabac ou de cigarettes électroniques.

Au cours des quatre dernières années en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam, Philip Morris International (PMI), Japan Tobacco International (JTI) et British American Tobacco (BAT) ont déposé 533 demandes d’enregistrements pour protéger leurs marques de cigarettes. Sur ce nombre, 357 enregistrements concernaient des marques de cigarettes classiques contre 82 pour le tabac chauffé.

etude-duplicite-industries-tabac-tabac-chauffe

L’industrie du tabac pousse ainsi les gens à adopter des produits du tabac « alternatifs » tels que le tabac chauffé, alors même qu’elle élargit son marché des cigarettes. En réalité, ces nouveaux produits correspondent à une autre forme de cigarettes et ne visent nullement à se substituer aux autres cigarettes mais à venir en complément.  C’est là que réside la supercherie des fabricants de tabac qui affirment vouloir lutter contre les problèmes occasionnés par leurs cigarettes classiques tout en continuant à en développer les marchés.

Des enregistrements de marques ouvrent la voie à l’entrée formelle du tabac chauffé sur le marché local, même lorsqu’il y est interdit. Bien que ces nouveaux produits soient interdits en Thaïlande depuis 2014, 34 demandes d’enregistrement de nouvelles marques de ces produits, y compris l’IQOS de PMI, ont été déposées. PMI fait la promotion agressive de ses nouveaux produits et exerce des pressions sur le gouvernement pour «offrir aux personnes une alternative plus sûre».

Cette tactique offre aux sociétés de tabac une occasion supplémentaire d’intervenir dans les lois et les politiques locales de lutte antitabac. En outre, certaines demandes d’enregistrement déposées contreviennent directement à la loi antitabac qui interdit les descripteurs trompeurs véhiculant un produit plus sain ou moins nocif, tels que « Marlboro Zero », « Marlboro Zero Addictive », « Marlboro Silver Less Smell », et «Marlboro Fine Touch Less Smell».

L’Organisation mondiale de la santé a explicitement rappelé  que toutes les formes de tabagisme sont nocives, y compris le tabac chauffé, car le tabac est intrinsèquement toxique et contient des substances cancérogènes, même sous sa forme naturelle. À l’heure actuelle, l’OMS déclare qu’il n’existe aucune preuve démontrant que les tabacs dits chauffés soient moins nocifs.

Ainsi donc l’industrie du tabac n’a aucune intention de réduire les ventes de ses cigarettes classiques tout en faisant une promotion agressive de cigarettes chauffées. Ceci lui permet de redorer son image et de faire pression pour faire évoluer les législations protectrices tout en accroissant ses marges bénéficiaires et en élargissant ses marchés. Cette étude met parfaitement en lumière l’imposture de cette incroyable allégation des compagnies de tabac adhérant « à un monde sans fumée ».

 

Source : adaptation en français du rapport de SEATCA