Réunion annuelle des actionnaires de Philip Morris International : Le rapport d’enquête qui dérange !

Philip Morris International (PMI) a récemment annoncé des bénéfices à hauteur de 27 milliards de dollars pour 2010 dans un rapport présenté à la réunion annuelle de ses actionnaires. Un second rapport rédigé par la Corporate Accountability International (Organisation Non-Gouvernementale) dénonce à la fois les coûts humains liés aux profits de la société mais aussi les méthodes de manipulations auxquelles PMI a recours pour continuer à augmenter ses profits.

actionnaire-philip-morris-international-rapport

Le nombre de morts liées au tabac ne cesse d’augmenter. D’une part, les chiffres alarmants sont liés au fait que l’industrie du tabac, dont PMI, vend un produit qui tue et qui rend dépendant. Par ailleurs, ce constat  résulte des stratégies mises en place par les cigarettiers pour contrecarrer le contrôle du tabac dans le monde.

L’enquête constate également que Philip Morris International cherche de plus en plus à étendre son marché aux pays en développement, où l’entreprise opère quasiment en terrain conquis et où les perspectives de croissance apparaissent particulièrement élevées. Des législations encore très permissives accompagnées, de surcroît, d’un manque de statistiques sur l’impact du tabagisme dans ces pays en font des marchés prometteurs pour cette industrie.

La Convention Cadre pour la Lutte Anti-Tabac (CCLAT) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), entrée en vigueur en février 2005, fournit un ensemble de mesures concrètes, dont l’efficacité a été démontrée, qui permet de réduire la consommation de tabac et vise ainsi à éradiquer progressivement le fléau du tabagisme. 172 pays ont déjà ratifié ce traité.

Dans cette perspective, en dépit de ses efforts pour empêcher l’adoption de ce traité, PMI s’efforce par tous les moyens aujourd’hui d’en bloquer la mise en œuvre. C’est ce que montre clairement ce rapport d’enquête.

Quels que soient les pays à travers le monde, PMI, à l’instar des autres fabricants de tabac, procède ainsi :
Intimidation des gouvernements et menace de procédures judiciaires à l’encontre de tout Etat adoptant de nouvelles dispositions de réduction de la consommation de tabac portant atteinte à ses intérêts ;
Contournement et violations des interdictions en publicité : la finalité demeure de vendre un produit mortel à n’importe quel prix ;
Démarche d’accords non contraignants car non efficaces avec des gouvernements afin d’empêcher des législations fortes susceptibles de réduire la consommation de tabac ;
Recours à des groupes d’influence qui déclarent  protéger le consommateur mais qui visent surtout à défendre l’industrie du tabac en s’opposant aux gouvernements.

Ainsi, le rapport d’enquête, rédigé par la CAI, recommande que PMI :
Cesse d’interférer dans les décisions sanitaires et sociales des gouvernements ;
Respecte les dispositions de la CCLAT ;
Cesse de cibler les jeunes et particulièrement les enfants à travers des stratégies marketing agressives ;
Cesse d’avoir recours à des méthodes d’intimidation.


Crédit photo : stopcorporateabuse.org