Scabreuse tentative de Philip Morris pour promouvoir ses nouveaux produits

À l’occasion de son 70ème anniversaire,  le National Health Service (NHS), (équivalent de notre assurance maladie en France),  s’est vu offrir une collaboration surprenante : apporter une aide aux 73 000 employés du NHS qui fument actuellement pour arrêter la cigarette. Une action noble si l’auteur de cette généreuse initiative n’était qu’autre que Philip Morris qui, prétextant un enjeu de santé publique, voit ici une opportunité commerciale pour vendre ses nouveaux produits utilisant du tabac chauffé.

Dans la lettre adressée au NSH, Mark MacGregor, directeur des relations institutionnelles de Philip Morris au Royaume-Uni et en Irlande, a écrit : « Pour soutenir le 70e anniversaire du NHS, nous sommes désireux de travailler avec vous pour aider les 73 000 employés du NHS qui fument actuellement, à arrêter la cigarette. Il s’agirait d’un partenariat : vous donneriez des conseils sur l’abandon de la nicotine et, pour les fumeurs qui ne cessent pas, nous pourrions les aider à adopter des solutions de rechange sans fumée. »

À travers cette indécente opération de communication, PMI prétend que le partenariat serait bénéfique pour le NHS qui verrait son personnel sevré de la nicotine et en meilleure santé. La réalité est tout autre : en plus de vouloir se repositionner comme une entité socialement responsable, cela leur donnerait un énorme avantage commercial. PMI pourrait en effet promouvoir ses produits, prétendument de réduction de risque, avec le cachet d’une importante institution de santé comme le NHS.

Selon le traité de l’OMS, la Convention Cadre pour la Lutte Antitabac, les compagnies de tabac ne sont pas autorisées à participer à des initiatives de santé publique, en raison des millions de personnes que leurs produits tuent. Tel a été  le message très clair du ministre britannique de la Santé publique, Steve Brine, jeudi lors d’un débat à la Chambre des Communes. Les actions de Philip Morris sont totalement inappropriées et une telle collaboration constituerait une violation de nos obligations (article 5.3) en tant que partie à la CCLAT de l’OMS a précisé le Ministre.

Pour aller plus loin (articles en anglais) :

–      https://www.theguardian.com/business/2018/jul/19/worlds-biggest-tobacco-firm-under-fire-over-disgraceful-pr-stunt

–      https://www.telegraph.co.uk/news/2018/07/18/government-orders-phillip-morris-stop-advertising-healthier/