Les campagnes de communication basées sur la peur sont-elles efficaces ?

L’actuelle campagne de communication du ministère de la Santé et de l’INPES, lancée à l’occasion des annonces du Programme national de réduction du tabagisme, a relancé le débat sur la pertinence des spots de prévention fondés sur la peur.

Les campagnes ont plusieurs fonctions, outre le fait d’informer, elles permettent notamment de contribuer au changement d’image du tabac, de son industrie, mais aussi des normes sociales. Elles débouchent chez certaines personnes à une prise de conscience, en motivant les fumeurs à changer leur comportement.

Karine Gallopel-Morvan, professeur des universités à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), a réalisé un état des lieux de la littérature scientifique sur la question de l’utilisation de la peur comme moyen pour communiquer dans le domaine de la prévention. Son analyse fait état des résultats des études scientifiques. Ces dernières montrent que les campagnes de communication qui s’appuient sur la peur tout en proposant des solutions au problème évoqué sont les plus efficaces.

Pour accéder à l’état des lieux :

Les campagnes de communication qui font peur sont-elles efficaces?