Journée Mondiale sans Tabac 2019 : le tabac et la santé pulmonaire

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné le 31 mai comme la Journée mondiale sans tabac  (JMST). Le thème de la JMST 2019 est «Le tabac et la santé pulmonaire». Les maladies respiratoires constituent l’un des principaux problèmes de santé dans le monde, causant un décès sur six[1] au niveau mondial. Les pathologies pulmonaires et globalement respiratoires comptent parmi les maladies attribuables au tabac, aux côtés des pathologies cardiovasculaires et des cancers. Sur les 75 000 décès prématurés attribuables au tabac en France, plus de 12 000 sont dus aux pathologies respiratoires[2]. Le tabac demeure par ailleurs dans les lieux intérieurs un facteur de pollution majeur et touche fumeurs comme non fumeurs. Le CNCT espère que cette journée de sensibilisation alertera le grand public et conduira à une mobilisation accrue des professionnels de santé concernés.

JMST-2019-santé-pulmonaire-journee-mondiale-sans-tabac-respiratoire

Paris, le 31 mai 2019 – Cette journée a pour but de mettre en évidence les risques pour la santé liés à l’usage du tabac et d’encourager les gouvernements à adopter des politiques efficaces pour réduire la consommation des différents produits du tabac. L’exposition au tabac affecte la santé des poumons et entraîne diverses maladies, notamment le cancer du poumon, la bronchopneumonie chronique obstructive (BPCO), la tuberculose, l’asthme, la pneumonie, la bronchite et les infections des voies respiratoires inférieures. Il n’existe ni seuil d’intensité ni de durée de consommation dans la relation entre tabagisme et les maladies pulmonaires. Si les fumeurs savent qu’un cancer du poumon peut leur être fatal, ils minimisent ou ignorent généralement les autres risques qui  affectent l’appareil respiratoire[3].

L’arrêt du tabac est bénéfique à tout âge : dans les 24 heures qui suivent l’arrêt, les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine. Cinq ans après l’arrêt, Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.

La mesure la plus efficace pour améliorer la santé pulmonaire consiste à arrêter l’usage du tabac et réduire l’exposition à la fumée secondaire. Pour réduire l’exposition à cette fumée et améliorer la qualité de l’air, la solution la plus simple est d’arrêter de fumer car Rouler les cigarettes, les mettre en paquet et les transporter jusqu’au lieu de consommation produisent également des gaz à effet de serre non négligeables. Enfin, le fait même de fumer provoque des émissions polluantes. Ce sont des milliers de tonnes de substances cancérogènes et de gaz à effet de serre qui sont répandues chaque année dans l’atmosphère par les fumeurs[4]. Des substances qui ont un impact sur la qualité de l’air tant intérieur qu’extérieur.

La Journée mondiale sans tabac permet également d’aborder l’ensemble des dispositions permettant de réduire cette consommation toxique à tous égards.

Une grande partie de ce travail consiste à  informer le public et sensibiliser les décideurs politiques sur les tactiques de manipulation que les fabricants de tabac utilisent pour duper le public en lui vendant leurs produits. Le thème transversal du tabac et de la santé pulmonaire a des répercussions sur d’autres processus mondiaux, comme les efforts internationaux pour lutter contre les maladies non transmissibles (MNT), la tuberculose et la pollution de l’air afin de favoriser la santé. C’est une occasion pour inciter les différents pays à s’engager ou poursuivre leurs efforts de manière coordonnée avec des stratégies complètes et efficaces qui renvoient à la CCLAT.

Ainsi donc en adoptant «Le tabac et la santé pulmonaire» comme thème, l’OMS encourage les Parties à la Convention-Cadre à organiser une campagne de sensibilisation sur l’impact négatif du tabac sur la santé respiratoire, du cancer aux maladies respiratoires chroniques, et sur le rôle fondamental des poumons sur le bien-être de tous. Le second objectif consiste à plaider en faveur de politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac et à associer les parties prenantes de multiples secteurs à la lutte antitabac.

 

Pour en savoir plus et et consulter notre dossier de presse sur le tabac et les maladies pulmonaires

 

Contacts presse

Yves MARTINET                           Amélie ESCHENBRENNER

Président du CNCT                       Chargée de communication

cnct@cnct.fr                                   communication@cnct.fr

 

Mots-clés : Journée Mondiale Sans Tabac, JMST, santé respiratoire, maladies pulmonaires


1 « La Santé respiratoire en Europe : Faits et chiffres », European Lung Foundation – European respiratory society, http://fetedusouffle.com/wp-content/uploads/2014/05/french_lung_health_in_europe_facts_and_figures.pdf
2 Andler R, Richard JB, Guignard R, QuatremèreG, Verrier F, GaneJ, Nguyen-Thanh V. Baisse de la prévalence du tabagisme quotidien parmi les adultes : résultats du Baromètre de Santé publique France 2018. Bull EpidémiolHebd. 2019;(15):271-7.
3 Le rapport de la Cour des comptes de 2012 soulignait la connaissance superficielle des risques en matière de tabagisme et la sous estimation majeure des dégâts sanitaires causés par ces produits.
4 Selon l’OMS, en 2015, les émissions dues au tabac s’élèvent à environ 8,76 millions d’équivalent CO2, ce qui équivaut à près de 3 millions de vols transatlantiques https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/255574/9789241512497-eng.pdf;jsessionid=246027E06573BEC17A5FC590BC9350B0?sequence=1