Interdiction de fumer : alerte généralisée dans les établissements scolaires

La règle est pourtant très claire : il est strictement interdit de fumer dans toute l’enceinte des établissements scolaires, qu’ils soient privés comme publics, y compris dans les espaces non couverts, notamment les cours de récréation.
Par ailleurs, l’aménagement de fumoirs qui peuvent être autorisés, sous de strictes conditions, dans certains lieux à usage collectif comme les entreprises, n’est pas permis au sein de ces établissements.

L’objectif est : que ces lieux d’éducation accueillant des publics jeunes, soient exemplaires en matière de comportements et de prévention du tabagisme.

interdiction-fumer-etablissements-scolaires

PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME LORIENT (56) affiche interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif école cigarette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le contexte d’état d’urgence ne modifie en rien cette règlementation en vigueur.

La situation actuelle de vigilance qui peut légitimer une interdiction de sortie des élèves pendant les pauses afin de les protéger ne signifie en aucun cas la réintroduction du tabagisme dans les établissements scolaires.
Une circulaire ambigüe et détournée de cette intention de protection a été malheureusement interprétée comme autorisant les élèves à fumer dans certains lieux de l’établissement scolaire.  Nous ne cessons d’être saisis au comité national contre le tabagisme pour des violations qui se généralisent.

Une circulaire ne pourrait en aucun aller à l’encontre de la législation et de la réglementation. Le responsable des lieux, en l’occurrence le directeur d’établissement, encourt une contravention de 135€, qui peut atteindre 750€.

La nécessité de protéger les élèves, les enseignants et les personnels des équipes éducatives ne va nullement à l’encontre de la nécessité de prévenir le tabagisme et d’appliquer la disposition d’interdiction de fumer.
L’impossibilité de sortir pour les élèves fumeurs devrait au contraire constituer une opportunité pour qu’ils s’interrogent sur leur consommation, leur possible dépendance et les aides à leur disposition pour se sortir de cette drogue.

Enseignants, parents, représentants des parents d’élèves, responsables de santé publique, n’hésitez pas à saisir si besoin les corps de contrôle habilités à intervenir, à rappeler ces dispositions aux responsables des établissements scolaires avec double au rectorat et au Ministère de l’Education nationale et à interpeller la Ministre de l’Education nationale : Mme Najat Vallaud-Belkacem à ce sujet.

Les corps de contrôle habilités pour intervenir sont :
– les officiers et agents de police judiciaire
– les policiers municipaux
– les pharmaciens et médecins de santé publique
– les inspecteurs des affaires sanitaires et sociales
– les ingénieurs du génie sanitaire et les ingénieurs d’étude sanitaire
– les techniciens sanitaires
– les inspecteurs et les contrôleurs des agences régionales de santé
– les inspecteurs et contrôleurs du travail
– ainsi que les fonctionnaires assimilés.

@najatvb et @EducationFrance