Ingérence de l’industrie du tabac : l’exemple de la République Tchèque

La République Tchèque est l’un des pays où la lutte contre le tabagisme est la plus médiocre en Europe.

Des chercheurs (1) ont essayé de déterminer dans quelle mesure cette situation résulte de l’interférence de l’industrie du tabac.

Pour ce faire, ils ont directement étudié des documents internes de l’industrie du tabac, rendus publics par décision de justice. Ces documents sont dorénavant publics, accessibles sur le site de l’Université de San Francisco : Tobacco Documents Library Website (2).

L’ingérence significative exercée par l’industrie du tabac sur les politiques publiques y apparaît clairement. Philip Morris a ignoré délibérément, renversé ou affaibli diverses initiatives destinées à instaurer des restrictions dans le domaine de la publicité et de la promotion des produits du tabac, préconisant des accords volontaires inappliqués, plutôt que des législations juridiquement contraignantes. Les deux fabricants Philip Morris et British American Tobacco (BAT) ont exercé un lobby conjoint pour maintenir un niveau de taxes le plus faible possible et empêcher des hausses de taxes importantes.

Cette ingérence a conduit à différer les hausses requises dans le processus d’entrée dans l’Union Européenne et contrairement aux allégations faites par les fabricants, les données montrent que les cigarettes sont meilleur marché aujourd’hui en république Tchèque qu’elles ne l’étaient avant l’entrée du pays dans l’Union européenne.
Cette étude souligne combien des petites hausses ont été privilégiées pour empêcher un décrochage de la consommation et pour permettre le développement des marges bénéficiaires des fabricants. Les documents montrent également clairement que les fabricants de tabac bénéficient d’un soutien au plus haut sommet de l’Etat et continuent à influencer de manière décisive les politiques publiques.

L’analyse de la République Tchèque montre de manière indiscutable l’influence de l’industrie du tabac dans les secteurs particulièrement sensibles que sont les politiques d’interdiction de publicité et les politiques fiscales. Ce pays constitue une sorte de cas d’école de l’ampleur de l’influence exercée par les fabricants. Toutefois, ce pays ne constitue pas une exception. En France, en dépit de timides avancées récentes la politique fiscale des produits du tabac reste définie exclusivement au Ministère des Finances en relation étroite avec les fabricants et ce, sans objectif clair de réduction de la consommation de tabac. Ainsi, au-delà des majorités politiques, les fabricants de tabac continuent à maîtriser l’outil le plus efficace qui permettrait de réduire le nombre de morts causées par le tabac mais aussi le coût financier pour la collectivité.

Sources :

(1)  Shirane R, Smith K, Ross H, Silver KE, Williams S, et al. (2012) Tobacco Industry Manipulation of Tobacco Excise and Tobacco Advertising Policies in the Czech Republic: An Analysis of Tobacco Industry Documents. PLoS Med 9(6): e1001248. doi:10.1371/journal.pmed.1001248

(2)    http://legacy.library.ucsf.edu/