Les tentatives de corruption du Sri Lanka par l’industrie du tabac

Corruption. En septembre dernier, le journal “The Asian Tribune” révélait que l’industrie du tabac avait, de manière réitérée, a essayé de corrompre le Ministre de la Santé du Sri Lanka, Maithripala Sirisena, afin d’empêcher la publication d’un arrêté portant sur la réglementation des paquets de tabac.
Cette réglementation prévoyait l’introduction d’avertissements sanitaires sous forme d’images, devant couvrir 80% des surfaces principales de chaque paquet de cigarette. La mesure est parfaitement en ligne avec les obligations du traité international de l’OMS, la CCLAT (Convention Cadre pour la Lutte Antitabac).

Le Ministre a déclaré que la somme d’argent qui lui avait été proposée représentait une valeur “suffisante pour doter 15 générations de sa famille en patrimoine ».
Il apparaît que les représentants de l’industrie du tabac ont essayé, à plusieurs reprises, d’approcher le Ministre lors de sa venue au Parlement, à son domicile et dans son bureau. Ce dernier a refusé de les rencontrer réaffirmant son engagement à mettre en place les avertissements sanitaires et également à adopter des mesures de prévention au Sri Lanka pour alerter sur les effets délétères du tabagisme.

La réglementation relative aux paquets de cigarettes a bien été publiée mais des retards sont intervenus dans son application suite à un recours devant la Cour Suprême, conduisant à surseoir à l’application des mesures jusqu’en janvier 2014. La Cour devrait auditionner l’affaire en mai 2014.

Cette illustration n’est pas isolée, elle est révélatrice des pratiques de l’industrie du tabac dans le monde entier qui s’efforce systématiquement d’empêcher, de bloquer et de retarder toute disposition permettant de réduire la consommation de tabac, par les voies légales, ou par la corruption.

Cette illustration démontre cependant l’absolue nécessité pour tous les pays d’adopter des mesures fortes pour se protéger de telles pratiques d’ingérence. Ces mesures existent et elles doivent être appliquées, y compris dans un pays comme la France qui n’est nullement à l’abri.

Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici