La cigarette dans les séries: un risque sanitaire majeur. Netflix s’engage.

Forte d’un potentiel normatif et prescriptif inouï, la création de contenu s’est vue massivement investie par l’industrie du tabac, désireuse de jouer sur nos représentations collectives, et de valoriser l’image de la cigarette, notamment auprès des jeunes générations. C’est du moins ce que montrent les chiffres accablants publiés par l’organisation américaine Truth Initiative[1].

L’étude dénonce la résurgence de la cigarette dans les séries streaming, dont le retard juridique prend la forme d’une opportunité marketing.

Ainsi, la présence de la cigarette apparaît à 262 reprises dans la seule saison 2 de Stranger Things, série la plus populaire dans le monde en 2017-2018.

stranger-things-placement-produit-tabac-cigarettes-fumer-david-harbour-netflix

L’acteur David Harbour fumant dans la série à succès Stranger Things

En comparaison, en 2016-2017, le tabac est montré 866 fois à l’écran dans les séries les plus populaires auprès des 15-24 ans, contre 299 l’année précédente, soit une hausse de 189%.

La consommation de tabac y est d’ailleurs valorisée : dans 31% des occurrences comptabilisées, c’est le tabagisme d’un personnage principal qui est représenté. Or, l’OMS a démontré depuis 2016 que la présence du tabac dans les films était responsable de 37% des conversions des adolescents américains à la cigarette[2][3].

Épinglé par l’étude, Netflix a rapidement fait son mea culpa : « Nous reconnaissons que le tabagisme est nocif et qu’une image positive du tabac à l’écran peut avoir une incidence négative sur les jeunes »[4].

Promettant de bannir la cigarette dans toutes les séries destinées à un public de moins de quatorze ans, sauf si l’exactitude historique du récit s’en trouvait altérée, la plateforme a également indiqué vouloir diminuer la présence de la cigarette dans les productions destinées à son public plus âgé, exception faites des cas où cette mesure dénaturerait les personnages, ou porterait atteinte à la création de l’auteur[5].

Quoique tardive, cette décision est à saluer, et fait écho à une prise de conscience plus générale du secteur, à l’instar de Disney, qui a notamment interdit à ses personnages de fumer depuis 2015.


[1] La Truth Initiative est une ONG américaine créée en 1999 et spécialisée dans la lutte contre le tabagisme des jeunes populations. Son étude, publiée le 2 juillet 2019, est disponible en ligne sur ce lien (en anglais) https://truthinitiative.org/sites/default/files/media/files/2019/07/WUWS-SOD-FINAL.pdf

[2] https://www.who.int/fr/news-room/detail/01-02-2016-films-showing-smoking-scenes-should-be-rated-to-protect-children-from-tobacco-addiction

[3] https://cnct.fr/actualites/decouvrez-comment-lindustrie-du-tabac-attire-les-plus-jeunes/

[4] https://www.liberation.fr/planete/2019/07/04/netflix-vers-la-fin-de-la-cigarette-a-la-demande_1737983

[5] https://variety.com/2019/digital/news/stranger-things-netflix-smoking-reduce-depictions-1203258913/